La saucisse de Montbéliard

Comment parler du Pays de Montbéliard sans la fameuse saucisse authentique et généreuse...

La saucisse de Montbéliard est fabriquée depuis le XIVe siècle par les paysans du Pays de Montbéliard.

Mais sa réputation perdure depuis le 1er siècle avant notre ère puisqu’on en retrouve la trace chez les Mandubiens, une tribu gauloise, qui avait développé une grande maîtrise des salaisons afin de conserver la viande. Un savoir-faire qu’ils transmettront par la suite. Au XIVe siècle, la saucisse de Montbéliard se nomme andouille ou andoille. Elle se différencie des autres saucisses par une recette originale : un mélange de maigre et de gras de porc local, assaisonné d’ail et de carvi (ou cumin des prés), longuement séché en cheminée où l’on brûle des résineux. Présente dans tous les garde-manger, la saucisse de Montbéliard faisait partie de l’alimentation quotidienne des Montbéliardais. Servie tiède avec des pommes de terre et de la salade, elle était dégustée à la moindre occasion, les jours de foire et de marché, aux enterrements, lors d’une visite impromptue…

Labellisée depuis 1992 et bénéficiant d’une IGP (Identité géographique protégée) depuis le printemps 2013, elle occupe une place de choix dans la gastronomie régionale. Elle est servie avec des lentilles, de la cancoillotte (doux fromage local), ou en « paipéfié ou paipé-fier » (ragout de pommes de terre montbéliardais).

A déguster dans les restaurants et à acheter chez les artisans-charcutiers du Pays de Montbéliard.

Recettes et plus : www.saucisse-montbeliard.com

 

Les Compagnons du Boitchu

En 1977, à l’initiative des Maîtres Charcutiers du Pays de Montbéliard fut créée la Confrérie des Compagnons du Boitchu. En patois du pays, le « Boitchu » désignait le couperet destiné à hacher les viandes. De nos jours, les Compagnons du Boitchu (Maîtres Charcutiers bénévoles et dévoués) font la promotion de la véritable saucisse du Boitchu dans les fêtes locales et confréries gastronomiques du Grand Est. Authentique produit du terroir fabriqué selon des méthodes traditionnelles, la saucisse du Boitchu est soumise à des normes de qualité strictes garanties par l’apposition d’un scellé estampillé « Boitchu » placé à une extrémité du boyau doré et galbé.

Présidée par le Grand Maître et son comité, cette vénérable confrérie tient régulièrement chapitre et procède à l’intronisation de grands dégustateurs. Le Chapitre des Compagnons du Boitchu est fêté le 3e dimanche de mars en année impaire.

Restez connectés !