©Pays de Montbéliard Tourisme

En balade à bord d'une voiture ancienne !

Il y a de l’excitation dans l’air ce matin-là sur le parking de l’Office de Tourisme … Un petit groupe de personnes se presse autour de véhicules qui n’ont rien de très actuel, et pour cause : la plupart datent des années 30 ! Allez, je vous emmène en balade...

Le groupe, constitué de 12 personnes, a réservé une balade en voitures anciennes au club des Vieux-Volants. À raison de 3 personnes par voiture, cela fait 4 voitures, toutes différentes, qui vont , pendant 1h30, sillonner les routes du Pays de Montbéliard, suivant un itinéraire bien rôdé par l'Office de Tourisme.

Les chauffeurs montent dans leurs véhicules respectifs, fiers de faire découvrir leurs machines. 

« Ah, ce bruit de moteur, ça me rappelle quand j'accompagnais mon oncle boulanger en Haute-Saône dans ses tournées au début des années 50 »s'exclame un monsieur avec une nostalgie de « Madeleine Proust ».

« En voiture ! » crient les chauffeurs, aussi enthousiasmés que les passagers. Et un petit coup de klaxon pour faire sursauter tout ce petit monde.

« Mais je n'ai pas eu le temps de poser près de cette magnifique 402 Peugeot de 1938 ! »  renchérit une passagère.

Il flotte dans l'air une odeur d'essence, presque une fragance d'autrefois …

 

Je choisis  la belle  402 bleu nuit. Ouvrir la porte est déjà toute une aventure ! Poser le pied sur le marche-pied puis se laisser tomber sur la large banquette de cuir … Je suis transportée dans un autre temps, vraiment ! Et j'ai de la place pour allonger mes jambes ! Le véhicule démarre, le tableau de bord ressemble à un celui d'un avion, avec des tas de manettes à tirer. « Combien de chevaux ? » demande ma voisine de banquette ? 12, de répondre le chauffeur avec fierté, mais seulement 3 vitesses !».

Je n'y connais rien en mécanique, je me laisse faire, regardant seulement le paysage défiler, telle une voyageuse de l'Orient-Express.

Après notre première étape au musée de l'Aventure Peugeot, nous avons fait un tour de la place Saint-Martin à Montbéliard. J'étais fort amusée de voir le regard médusé des passants. C'est fou comme être dans une voiture ancienne vous donne un air plus important ; j'avais envie de saluer comme si j'étais la princesse Grâce de Monaco ! Et j'étais amusée de voir comme les véhicules de 2019 s'arrêtaient respectueusement pour laisser passer « les ancêtres ».

©Pays de Montbéliard Tourisme
©Pays de Montbéliard Tourisme
©Pays de Montbéliard Tourisme

Le chauffeur ne manquait pas de faire les commentaires correspondant à ce que nous étions susceptibles de voir au passage : ici la demeure de M. le baron de Chabaud Latour, qui offrit à la Ville de Montbéliard de prendre son avenue privée pour en faire une route… ici l'ancienne brasserie de Sochaux, qui abreuva les terrasses de France et de Navarre d'une bonne bière désaltérante de 1845 à 1979…

Lorsque je vis la voiture quitter Montbéliard par le Faubourg de Besançon, traverser Sainte-Suzanne et Bart et que j'entendis le chauffeur annoncer « nous allons maintenant amorcer la montée du Mont-Bart », je me dis que la 402 allait devoir donner de l'avoine supplémentaire à ses 12 chevaux. Que nenni ! Le bolide monta les 2 km de la route forestière escarpée aussi vite que n'importe quel 4 x 4 !

Au sommet du Mont-Bart, tout le monde descend, prend le temps d'admirer la vue à 360° sur les Vosges et le Jura. Puis les chauffeurs annoncent que les équipages vont changer de véhicule, et chacun de se précipiter vers la voiture de son choix, tel le jeu des chaises musicales ! Je suis maintenant confortablement assise dans une Renault Prairie de 1953. « Elle en a transporté des veaux cette bagnole ! » s'exclame Eric le chauffeur avec fierté. Et de raconter l'épopée de sa « bagnole », voiture plebiscitée de la gente paysanne de l'après-guerre. Lui, il l'utilise tous les jours, c'est SA voiture, sa fidèle compagnonne, il la prend même pour aller acheter son pain le matin.

Le chauffeur de la 402 que je viens de quitter clame pendant ce temps-là : « Mesdames, faudra serrer les fesses, les freins de ma 402 sont comme des freins de vélo ». Ouf, j'ai changé de voiture au bon moment !  Mais je me ravise, ils sont vraiment extra ces chauffeurs, et quels passionnés passionnants !

La suite de la balade passe très vite, trop vite, je voudrais encore rester dans la voiture, peut-être même m'endormir sur la banquette si confortable, shootée par la bonne odeur d'essence et bercée par les commentaires du chauffeur. Mais il me faut revenir en 2019 …

 

Evelyne, guide-conférencière

> Si vous aussi vous souhaitez découvrir le Pays de Montbéliard en voiture ancienne, contactez l'Office de Tourisme au 03 81 94 45 60.

 

 

 

Restez connectés !