Diairis de motifs colorés
Rencontre avec un passionné de Diairis en Pays de Montbéliard
Gilles BOURQUIN, une vie d'art et de patrimoine au service du Pays de Montbéliard.

 

La passion de Gilles BOURQUIN pour le diairi remonte à son enfance. très jeune il s'implique déjà dans un groupe folklorique de chant et danse traditionnelle du Pays de Montbéliard. Lors des représentations il est en réelle fascination et admiration devant les dames habillées en costumes traditionnels et portant un diairi, une coiffe qui a toute une histoire. Une fascination qui le suivra dans sa carrière professionnelle et associative.

Dans les années 80, Gilles BOURQUIN crée l'association T(r)issu mode avec laquelle il organise des défilés de mode au théâtre de Montbéliard et à Mandeure. Suite à cette belle expérience il gagne la capitale pour se spécialiser dans la création de vêtements et de bijoux fantaisie mais le mal du pays pointe rapidement le bout de son nez. De retour en Pays de Montbéliard, il intègre durant 15 ans le Centre d'Art et de Plaisanterie où il confectionne des costumes : don Juan, Barbe Bleu ...

Après huit années passé au sein du 19 Centre Régional d'Art Contemporain, Gilles BOURQUIN termine sa carrière professionnelle en tant que guide dans les salles d'exposition et le long du circuit historique du Musée du Château des Ducs de Wurtemberg et du Musée d'art et d'histoire - Hôtel Beurnier-Russel.

 

"J'aimais raconter l'histoire en jouant la comédie auprès des visiteurs, toujours avec humour et passion" confie Gilles BOURQUIN avec sympathie.

 

En 2020, son pot de départ à la retraite et du château sonne la cloche d'une nouvelle aventure. Depuis deux ans il est le référent pour l'Office de Tourisme du Pays de Montbéliard des manifestations et ateliers Diairi. Il revitalise et anime avec passion ces ateliers de broderie, ouverts à tous, d'un art, d'un patrimoine et savoir-faire unique ... plus que centenaire !

 

Gilles BOURQUIN

 

Le diairi est une coiffe traditionnelle, symbole du protestantisme du Pays de Montbéliard et portée par les femmes au XIXe siècle. La cale à diairi est un bonnet couvrant le chignon. En satin ou en velours noir ou de couleur, il est décoré avec des perles représentant des motifs floraux.

L'apparition des diairis de motifs colorés date de la Révolution et l'annexion du Pays à la France en 1793. Avant cette date les motifs floraux étaient sur bonnet de satin noir en broderie de motifs floraux en chenillette noir.

Le diairi était un accessoire vestimentaire à part entière des femmes du Pays de Montbéliard au XIXe siècle. Chaque broderie correspondait à une classe sociale, une étape de vie (confirmante, mariée, femme ou veuve) et permettait d'identifier si la personne était originaire de Valentigney, Abbévilliers ou encore de la Vallée du Rupt.

Les ateliers diairi sont ouverts à tous(tes) les mardis de 14h à 16h et les jeudis de 20h à 22h. Pour plus d'informations contacter l'Office de Tourisme du Pays de Montbéliard.